monsieur blackjack


16 décembre 2009

Le comptage des cartes pourrait avoir gain de cause dans l’Etat d’Indiana

Le comptage des cartes n’est pas illégal dans les casinos, mais ceux-ci s’arrogent dans la plupart des cas le droit de bannir les compteurs de cartes de leurs tables de blackjack.

« Compter les cartes au blackjack est si facile, qu’un enfant en cinquième pourrait le faire », soutient Thomas Donovan, lui-même compteur.

Mais utiliser cette technique, juridiquement légale, pour faire pencher la chance en sa faveur, est injuste, rétorquent les casinotiers. C’est pourquoi les casinos d’Indiana, Etats-Unis, ont pris l’initiative et ils réclament en justice le droit d’interdire les compteurs de cartes à leurs tables de jeu.

Grand Victoria Casino and Resort à Rising Sun, soutenu par une association qui représente 11 des 12 casinos de l’Etat, a demandé à la Cour suprême de l’Indiana d’annuler une décision du tribunal inférieur qui les obligent à permettre à Donovan de jouer au blackjack, même si celui-ci reconnaît qu’il compte les cartes.

Cette lutte a des portées plus larges pour l’industrie des casinos d’Indiana, qui chancelle dans un milieu économique en régression et qui se confronte à la concurrence accrue des Etats voisins.

« La réalité est que si un casino n’est pas en mesure d’interdire l’accès d’un compteur de cartes, alors il est probable qu’il sera enclin à changer les règles du jeu », a déclaré William R. Eadington, directeur de l’Institut pour l’étude des jeux de hasard et des jeux commerciaux de l’Université de Nevada. Le jeu changera de rythme et deviendra beaucoup plus lent que les joueurs y sont habitués.

« Cela va être une décision historique rendue par la Cour Suprême de l’Indiana et le plus probablement, ce ne sera pas une décision convenable pour les casinos », apprécie l’analyste juridique Bob Brice. « La loi est clairement en faveur des compteurs de cartes ».

Les casinos ont trouvé un moyen de neutraliser le comptage des cartes en mélangeant les cartes plus souvent qu’ils le faisaient habituellement ou en utilisant d’autres tactiques. Toutefois, cela n’a pas empêché les meilleurs compteurs de cartes du monde, de mener à bien leur comptage dans les salles des casinos.

A l’Indiana, à l’origine de l’affaire a été Thomas Donovan, un compteur de cartes déclaré. Il a été mis à la porte par Grand Victoria Casino et a intenté un procès en justice contre ce casino. Dans le premier procès, Donovan a perdu, mais la Cour d’Appel de l’Indiana a statué en sa faveur.

Maintenant, les casinos voudraient voir la Cour suprême infirmer la décision. Si les casinos perdent le procès, cela pourrait entraîner des changements dans toute l’industrie des jeux de l’Etat.

19 février 2009

Le logiciel de comptage des cartes a mis en garde les casinos de Nevada

La publicité négative est une arme à double tranchant. Travis Yates, le développeur australien qui réalise d’applications pour l’iPhone de la compagne Apple, est le meilleur exemple.

Voilà pourquoi: Après le lancement du logiciel de comptage des cartes au blackjack sur les iPhones, le Conseil de Contrôle des Jeux de Nevada a envoyé ce mois une note aux casinos terrestres pour les mettre en garde. Suite à cette note, les ventes du programme de 4,99$ ont augmenté, paradoxalement, à environ 500 par jour.

Selon les déclarations de Yates, son logiciel de comptage des cartes a connu un grand succès notamment après qu’on lui a ajouté de nouvelles fonctionnalités, telles que le « mode furtif » (Stealth Mode), où l’écran s’éteint lorsque le programme s’exécute en arrière plan.

Mais comme il était à prévoir, cette découverte a une forte dose d’illégalité. Ce n’est pas que les programmes de comptage des cartes sont intrinsèquement illicites, a expliqué le Conseil de Contrôle des Jeux de Nevada. Il est illégal d’utiliser ces programmes lorsqu’on est à la table, a déclaré Randall Sayre, membre de cette autorité et auteur de la note envoyée le 5 février. C’est la première fois que le Conseil a mis en garde les casinos à l’égard d’un logiciel sur un périphérique spécifique, a-t-il encore ajouté. « Pour chaque application légitime dans le monde, il y a quelqu’un qui pense à la façon de l’utiliser illégalement», estime Sayre, qui travaille pour le Conseil depuis 30 ans, y compris un stage en tant que chef des enquêtes.

Apple, qui vend plus de 15.000 iPhone applications par l’intermédiaire de sa boutique iTunes, s’est refusé à tout commentaire.

Le Conseil de Nevada entendu parler de ce logiciel du Bureau de contrôle des jeux de hasard de Californie, qui a reçu des informations d’un casino dont on n’a pas dévoilé le nom. Ensuite, quelques casinos ont contacté le Conseil pour lui demander des informations sur le programme, qui utilise plusieurs méthodes de comptage des cartes au blackjack.

Ce logiciel peut être utilisé soit sur l’iPhone Apple, soit sur l’iPod Touch Apple. Une fois que ce programme est installé sur le téléphone, il effectue facilement et avec précision le comptage des cartes. Il utilise un choix de quatre stratégies. Pour chaque stratégie, l’utilisateur appuie sur la touche qui affichent les cartes telles qu’elles sont tirées du paquet. Selon la stratégie et la valeur des cartes, le logiciel effectuera une opération d’addition ou de soustraction.